Compte rendu de la réunion du 10 mars 2017 : Négociations conventionnelles

SNMKR SNMKR, le 11 mars 2017 | 3 commentaires

masseur.jpg

Hier, s’est tenue une nouvelle réunion des négociations conventionnelles. La thématique abordée était l’évolution de la nomenclature avec l’évolution du BDK et d’éventuelles revalorisations tarifaires.

L’Union a poursuit la présentation de son projet politique et mis en évidence un certain nombre de problèmes.

  1. Facturation du BDK

L’Union défend la facturation du bilan dès la 1ère séance, quelle que soit la pathologie, avec la facturation de 2 types de bilans : un bilan « simple » à 21 € et un bilan « complexe » à 25 €.

L’UNCAM a proposé la revalorisation des bilans « simples » à 19,57 € (AMK 9,1) et la revalorisation des bilans neurologiques à 30,10 € (AMK 14).

Revaloriser le bilan neurologique est intéressant, mais pourquoi seulement celui-là ? La proposition de l’Union et l’UNCAM coûtent la même somme selon eux.

Donc l’Union reste positionnée pour une revalorisation plus équilibrée mais avec la somme qu’ils proposent, soit 21 € / 25 €. L’UNCAM accepte d’ouvrir le dialogue sur cette possibilité.

L’UNCAM est opposée à la facturation du bilan la 1ère séance car trop cher et dénué de sens, d’après eux. Le surcoût serait de 100 millions d’euros. Nous avons mis en évidence les potentielles économies liées à une réduction du temps de traitement avec un bilan facturable dès la 1ère séance. Afin d’apporter une réponse objective du réel exercice des professionnels, pouvez-vous répondre à notre question en cliquant sur ce lien : 

https://goo.gl/forms/FlCOZ4vVv0uPE1qv1

  1. Evolution de la nomenclature

L’UNCAM et les syndicats représentatifs s’accordent sur la nécessité d’une nomenclature descriptive par pathologie, qui pourrait être facilement codifiable par le professionnel sur les logiciels.

L’intérêt est de proposer une nomenclature qui ne soit pas basée sur les techniques du kinésithérapeute mais sur les profils des patients que nous recevons pour éviter un flicage par l’Assurance Maladie, alors que nous avons un libre choix de nos techniques.

L’Union restera vigilante à la préservation de l’indépendance de nos techniques de rééducation, et proposera, après validation par son congrès national, d’une nomenclature descriptive, traçante et lisible pour tous nos confrères.

  1. Inscription d’actes nouveaux

Les syndicats représentatifs ont demandé à l’UNCAM de :

  • conclure les travaux relatifs à la prise en charge des patients atteints de BPCO
  • conclure les travaux relatifs à la rééducation vestibulaire
  • créer un acte de rééducation cardio respiratoire et un acte de traitement des cicatrices

Ces travaux ont été initiés depuis des années avec l’UNCAM et n’aboutissent toujours pas. Nous demandons une reprise de ces réflexions afin d’y aboutir rapidement.

L’acte pour la réhabilitation respiratoire pour les patients en ALD BPCO sur 90 min doit être discuté et négocié. La proposition des groupes de travail établissait un tarif AMK20, soit 43 € ce qui correspond à un AMK6,6 par demi-heure. C’est évidemment inacceptable et personne ne voudra réaliser ce type d’acte.

  1. Valorisation de la prise en charge de la personne âgée

L’Union propose une revalorisation de la déambulation du sujet âgé à 14 €, ainsi qu’une uniformisation/majoration des indemnités de déplacement à 5 € (hors IK). L’UNCAM nous a annoncé qu’il fallait faire des priorités dans nos revendications car ils seraient loin de tout accepter. 

Une revalorisation de l’acte AVC a été évoquée mais sans précision de la part de l’UNCAM.

Conclusion : une réunion qui ouvre à beaucoup d’opportunités, certaines bonnes, d’autres moins bonnes. Il faut poursuivre dans ce sens et ne pas relâcher la pression sur les améliorations que la profession demande depuis longtemps (simplification des tarifications et reconnaissance des bilans notamment). Prochaine réunion le 30 mars.