Doit-on cesser les négociations conventionnelles avec l’Assurance maladie si nos revendications ne sont pas entendues ?

SNMKR SNMKR, le 11 juin 2017 | 7 commentaires

pexels-photo-30342.jpg

Soyons francs, à l’heure actuelle, les propositions de l’UNCAM exposées lors de la dernière séance de négociation du 24 mai sont insuffisantes. C’est ce que nous avons rappelé au Directeur de l’Assurance Maladie ce jour-là.

Lors de notre dernière réunion avec l’UNCAM, des efforts ont été faits pour revaloriser fortement les mesures incitatives, mais le compte n’y est toujours pas.

Si nous savons que l’UNCAM n’est pas prête à augmenter de manière générale les revenus des kinésithérapeutes à travers la lettre clé, il est cependant impensable de signer un avenant qui ne revaloriserait que 2 actes (BPCO et AVC), représentant moins de 10 % des actes des kinésithérapeutes.

Face à cette situation, doit-on pour autant cesser de négocier ?

En tant que représentant de toute une profession, l’Union a de grandes responsabilités, puisque son action engagera les prochaines pratiques des kinésithérapeutes.

Alors que faire ?

Si nous claquons la porte des négociations, la profession n’aura aucune revalorisation pour ces 5 prochaines années, alors que nous allons notamment connaître une augmentation de la CSG.

Si nous signons aujourd’hui la proposition actuelle de l’UNCAM, nous acceptons une revalorisation au rabais, qui n’améliorera en aucun cas la situation de nos confrères.

Il est donc indispensable de continuer de négocier pour obtenir de l’UNCAM des propositions plus ambitieuses. C’est notre rôle et notre devoir. C’est pourquoi, fidèles à nos engagements, nous défendons les revendications issues du projet commun. C’est ce que nous avons fait à nouveau lors de la réunion bilatérale convoquée à notre demande par le Directeur le 7 juin dernier.

À l’issue de cette ultime tentative, l’Assurance maladie s’est engagée à nous remettre de nouvelles propositions.  À réception, et dans un souci de transparence, nous rouvrirons un espace d’échange sur le contenu du projet.

Dans l’esprit de la démocratie participative initiée par NégoKine, nous donnerons la parole à tous les kinésithérapeutes et reviendrons vers vous autant de fois que nécessaire.

Stéphane MICHEL

Président du SNMKR